LECTURE TRANSVERSALE.

Posté par idy012 le 31 mars 2009

bm2Le 22 mars 2009 à vécu et le peuple a tranché. Reprenant ainsi un droit qui lui est dévolu : la souveraineté.
A lui donc le pouvoir de décider qui serait minoritaire ou majoritaire. Un devoir civique exercé en toute sérénité, sûr de sa force de dissuasion. Un comportement qui renseigne sur sa maturité citoyenne et politique, démontrant ainsi une redoutable capacité de survie.
GATHIEE GALLAMA HOMO SENEGALENSIS !!
Beaucoup de lectures ont été étalées depuis que la victoire a choisi son camp, des plus pertinentes aux plus loufoques, voire, surréalistes. Nul besoin d’être expert pour savoir que la principale leçon politique à tirer de ces joutes électorales, est que l’ UNION a prévalu sur la DECHIRURE.
Monsieur le Président de la République, par ailleurs Secrétaire National du PDS a bien décodé le message, à en croire l’acte posé en conseil des ministres du jeudi 26/03/2009.
En effet, un signal fort en direction des population dakaroise en général mais celle riveraine de rebeuss en particulier, vient d’être lancé .
Il a consisté à abandonner le projet de construction d’une cité des affaires sur le site du stade Assane Diouf qui sera réhabilité dans ses fonctions d’origine.
Un projet estimé à 100 milliards de francs CFA abandonné dans le seul but de répondre à une demande sociale et ce, dans un contexte de crise financière mondiale, marqué par la raréfaction de l’investissement privé. Les conséquences de cet acte sont incalculables sur le plan bilatéral et multilatéral.
Que l’on comprenne bien le sens de cet acte : on ne peut pas vouloir une chose et son contraire.
Je m’explique : le création de richesse nécessite des ressources internes et externes. L’on sait que l’investissement privé national n’est pas en mesure de résorber le nombre de demandeurs d’emploi sans cesse croissant, où donc trouver des fonds additionnels si ce n’est de l’étranger ?
Que l’on ne vienne pas demain, crier sur les toits que rien n’a été fait pour les populations, ce serait malhonnête.
Aussi, le temps presse et l’horizon s’ouvre sur 2012.
Après ce clin d’œil en direction des populations, une réponse politique immédiate s’impose qui se doit d’être traduit par un changement radical de discours, de méthode avec une approche intégrant le facteur humain ; c’est – à – dire, plaçant la population sénégalaise au centre de toute orientation politique, sociale et économique.
Pour ce faire, les formations politiques doivent repenser la forme de militantisme jusque là promue. L’absence de démocratie interne peut mener à l’anarchie synonyme de chaos ; éviter l’apathie en s’imprégnant des réalités de la population au quotidien et de manière constante. Surtout , leur tenir un langage de vérité vérifiable en temps réel.
S’ADAPTER OU DISPARAITRE.
A bon entendeur,
Mamadou Alassane WAGUE

4 Réponses à “LECTURE TRANSVERSALE.”

  1. Chifo dit :

    Bonjour,

    Je m’en vais une fois de plus apporter ma modeste contribution à la consolidation de notre démocratie à travers ce blog.
    Je salue une fois n’est pas coutume la pertinence de votre article du mois le début.
    En effet, je suis en phase avec vous quand vous évoquez la maturité du peuple sénégalais avec la belle leçon qu’il viens de donner à tous les politiques (sopi, benno..)
    Toutefois, je suis un peu déçu de l’analyse que vous faites de la décision de Me Wade à sursoir aux travaux de la cité des affaires Kawsara.
    Quant on sait que Me Wade est connu pour ses capacités de manipulations, lui qui a l’habitude de clignoter à droite pour tourner à gauche.
    Je trouve également que vous êtes un peu dur avec le peuple Sénégalais, car c’est pas en annulant ces travaux que ce régime qu’on va se taire et ne plus revendiquer nos droits.
    Je vous invite à revoir l’affirmation suivante ; « Que l’on ne vienne pas demain, crier sur les toits que rien n’a été fait pour les populations, ce serait malhonnête »

    Sinon, cool le blog et bonne continuation
    Vive le Sénégal

  2. The DON dit :

    Bonjour Grand Wagué

    J’ai lu ton nouvel article dont en toute sincèrité le sens et le thème exact m’échappe…Je ne vois pas en quoi le fait d’abondonner la destruction du stade Assane Diouf peut être contraire au développement des populations pour la seule raison qu’un investissement de 100 milliards a été « perdu »?!?C’est vrai que l’on peut pas vouloir d’une chose et de son contraire mais vouloir s’épanouir sur le plan humain serait ce un mal pour une population constituée en majorité par des jeunes sans emploi et désoeuvrés à la limite de la frustration? Le fait d’engrenger des investissements dont les bénéficiaires ne seront pas forcément les principaux concercés ne serait ce pas un tremplin à un sentiment d’injustice dont les conséquences pourront être plus désastreuses que les 100 milliards « perdus »?
    Comme toujours, l’important pour ce régime c’est de trouver des fonds à tour de bras mais pour qui rééllement et à quel prix pour les populations?
    Si cet acte comme vous dites est une conséquence de la débacle des dernières élections, je doute fort qu’il serve à la cause du PDS dans la mesure où une fois de plus il justifierai les choix approximatifs effectués depuis 2000 et leur incompétence dans le domaine socio-économique.

    Bonne continuation quand même…

  3. idy012 dit :

    Sama gayi,
    Je vous remercie de l’attention que vous portez à ce blog qui, je le rappelle,reste un cadre d’expression libre où la censure est proscrite.
    Croyez-moi,vous réactions sont en effet très pertinents,ce qui fonde mon espoir de voir ce bébé grandir et participer de par vos idées et suggestions,à l’approfondissement de la démocratie sénégalaise.
    Toutefois,je souhaite que l’on comprenne bien le sens de mes propos : Je suis d’avis que le sport est tout à fait un facteur d’épanouissement d’une jeunesse saine mais également un facteur de développement;seulement,je pense que l’acte posé ( abandon du projet »KAWSARA ») par le Chef de l’etat, est à saluer allant dans le sens voulu par les populations et ce n’est nullement un acte démagogique.Ma crainte se justifie toutefois par les conséquences « fâcheuses » que celà peut entraîner sur le plan économique et diplomatique.
    Donnons rendez-vous au temps qui reste le meilleur juge.
    IN CHA ALLAH!!!

  4. Kenn Kastner dit :

    J’ai lu ton nouvel article dont en toute sinc�rit� le sens et le th�me exact m’�chappe…Je ne vois pas en quoi le fait d’abondonner la destruction du stade Assane Diouf peut �tre contraire au d�veloppement des populations pour la seule raison qu’un investissement de 100 milliards a �t� “perdu”?!?C’est vrai que l’on peut pas vouloir d’une chose et de son contraire mais vouloir s’�panouir sur le plan humain serait ce un mal pour une population constitu�e en majorit� par des jeunes sans emploi et d�soeuvr�s � la limite de la frustration? Le fait d’engrenger des investissements dont les b�n�ficiaires ne seront pas forc�ment les principaux concerc�s ne serait ce pas un tremplin � un sentiment d’injustice dont les cons�quences pourront �tre plus d�sastreuses que les 100 milliards “perdus”?Comme toujours, l’important pour ce r�gime c’est de trouver des fonds � tour de bras mais pour qui r��llement et � quel prix pour les populations?Si cet acte comme vous dites est une cons�quence de la d�bacle des derni�res �lections, je doute fort qu’il serve � la cause du PDS dans la mesure o� une fois de plus il justifierai les choix approximatifs effectu�s depuis 2000 et leur incomp�tence dans le domaine socio-�conomique.
    +1

Laisser un commentaire

 

Le blog de Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bloc-notes de Raoul d'Andrésy
| Social Democratic Union / U...
| Kitoka Moke Mutondo