Vite dit et bien dit!

Posté par idy012 le 29 septembre 2011

layka.jpg

Après lecture de l’entretien qu’il a accordé (Président Idrissa SECK) à Thierno DIALLO correspondant du journal L’OBS en France, les sénégalais sont à présent plus que jamais édifiés sur la détermination de notre Leader à tourner définitivement la page des WADE.

La tentative machiavélique de jeter à nouveau un discrédit sur Idy aura finalement été vaine.

En effet,mesurant d’abord l’impact du redéploiement des REWMISTES, dopés en cela par l’occupation de l’espace politique national et international par le Président Idrissa SECK, redoutant ensuite ses capacités de mobilisation et sachant enfin que le sieur IDY cristallise désormais tous les espoirs apparents ou cachés, les instigateurs de cet « intox » n’ont rien trouvé que de distiller de fausses informations pour justement effriter ce capital sympathie renaissant.

C’est peine perdue et ça ne marchera pas!

Et pour cause !

Au moment où nos amis de Benno peinent à s’entendre sur un dénominateur commun d’une part, les remous à l’APR et les mouvements citoyens qui montrent des signes d’essoufflement d’autre part, le Rewmi et ses alliés s’organisent méthodiquement à rassembler autour de notre mentor

une large coalition qui ferait de lui le 4 ème président de la république du Sénégal dès le premier tour!

C’est en fait le sens qu’il faille donner à ces maladroites tentatives de décrédibilisation avec la complicité de pseudo-journalistes corruptibles à souhait et qui ont fini par perdre non pas seulement toute crédibilité mais leur âme depuis 2004.

Fort heureusement, il existera toujours de véritables professionnels issus du sérail qui font honneur à cette noble corporation dont le sacerdoce reste et demeure : INFORMER JUSTE ET VRAI,contrairement à certaines brebis galeuses qui sauront se reconnaître.

Bref, le président a bien fait de remettre définitivement les pendules à l’heure et on doit s’attendre à des quantité de ragots beaucoup plus balaises les semaines à venir mais nous répondrons sereinement par

une force de propositions orientées vers la recherche de solutions consensuelles aux multiples

problèmes des sénégalais.

Le défi reste certes immense au regard des dégâts causé par le clan WADE mais pas insurmontable

pour qui connaît notre candidat!
Ils ont pour nom:
_ la réhabilitation des institutions en leur rendant  leur sacralité d’antan,

_la promotion d’une éducation de qualité en associant tous les acteurs de ce département oh combien important pour le devenir de nos espoirs de demain! ce qui aboutirait à l’éradication de grèves interminables et élèverait concomitamment le quantum horaire.
Insister sur la l’éducation et formation, c’est miser sur un nouveau type de sénégalais apte à comprendre les enjeux et défis de son époque et qui sait aussi tirer son épingle du jeu par une capacité d’adaptation dans un milieu en permanente mutation.
Insister sur la l’éducation et formation, c’est aussi prévenir un chômeur garrotté (ne sachant et ou ne pouvant rien faire), c’est enfin pourvoir tous les secteurs (secondaire en particulier) en main-d’œuvre qualifiée porteuse de croissance indispensable pour prétendre à l’émergence économique et sociale.

_la restauration du « pouvoir agricole » qui ne dépendrait plus du cycle pluviométrique mais en aidant le paysan sénégalais à se sentir acteur de bout en bout de la chaîne de production par la réelle maîtrise de l’eau et des nouvelles techniques agricoles.

_la fédération de toutes les énergies pour lutter contre toute forme de prévarication de nos maigres deniers en accentuant la législation sur l’éthique et la bonne gouvernance.
Ceci non pas pour faire plaisir à nos partenaires au développement, mais par respect à ce brave et honorifique peuple sénégalais qui a trop souffert.

La liste des priorités est très loin d’être exhaustives mais unis, déterminés et solidaires derrière Idrissa SECK, nous parviendrons à juguler le mal incha Allah!

JE VOTE IDY

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Discours du Président Idrissa Seck

Posté par idy012 le 12 septembre 2011

idy012.jpg
Militantes, Militants, Mes chers compatriotes,

Ce qui nous réunit aujourd’hui c’est le désir de servir ; servir notre pays. Car servir est le grade le plus élevé de la Seigneurie disait le Prophète : Sayyidoul Qawmi Khaadimouhoum, « le vrai seigneur de la communauté est celui qui se met à son service ». C’est aussi ce qu’a voulu enseigner Jésus en lavant les pieds de ses apôtres.

Je rentre de l’intérieur du pays encore ému par les attentes que nos frères et sœurs que j’ai rencontrés m’ont exprimées mais impressionné par le potentiel qui réside en chacun d’eux.
Je revois encore, le visage sérieux de ces Sénégalais de toutes conditions au-delà de leurs opinions politiques venus me dire et témoigner qu’en dépit des divergences et des compétitions, l’essentiel était bien ce qui nous rassemble : le Sénégal, Rewmi !
C’est cette même ferveur que je sens aujourd’hui dans cette salle.

Notre ambition est inspirée par celle qu’avait Sokhna Diarra Bousso de se mesurer aux femmes les plus vertueuses que l’histoire humaine avait portées. Ne disait-elle pas que si elle était contemporaine de Marie, mère de Jésus, et d’Aminata, mère de Mouhammad, la luminosité de sa conduite lui garantirait que leurs fils ne soient pas meilleurs que le sien ?

C’est un poème de son fils qui définit la mission que nous nous sommes assignée : briser les chaînes, (point d’asservissement ni d’injustice), répandre le mieux être, prémunir le Sénégal de tout ce qui pourrait nuire, et y drainer, par la grâce de Dieu, tous les bienfaits : Qad fakka kablaa, Qad Bassa Fadlaa, Fa-d-Durru Wallâ, Wa-n-naf’ou Jâ’i.

Cette mission, nous ne pouvons la réussir que dans le rassemblement et la foi en notre potentiel et en nous-mêmes.

Car, nous, Africains, devons d’abord nous souvenir que l’Homme apparut chez nous. Que nous sommes des seigneurs, dotés d’aptitudes exceptionnelles comme le prouvent l’invention de l’écriture et des mathématiques. Nous avons inventé le premier Etat de l’histoire humaine sur les bords du Nil. Nous avons produit il y a huit siècles, la charte du Kurukan Fuga, une charte de bonne gouvernance démocratique et de vertu dans la conduite des affaires publiques. Nous avons survécu à l’esclavage et à la colonisation et brisé les chaines de l’apartheid en Afrique du Sud.

Le fils d’un des nôtres dirige la première puissance du Monde. Il nous faut absolument briser tout complexe inhibant. Cheikh Anta Diop l’avait compris en réunissant tous les arguments scientifiques, pour ancrer dans l’esprit de l’homme africain que rien n’est perdu. Nous pouvons encore renouer avec notre glorieuse histoire.

En effet, rien ne peut résister à la volonté de l’homme Bou améé Yitté té Dogou, Himmatoul Insânî qâhiratoun ‘alâ jamî’il akwâni, nous enseigne Cheikh Ahmed Tidiane Chérif.

Les Sénégalais que j’ai rencontrés dans le Baol, le Saloum et le Cayor au cours de ces deux dernières semaines et ceux à qui je compte rendre visite dans les autres régions, en Casamance, au Fouta, à Tambacounda et Kédougou sont assurément capables de relever tous les défis dans l’unité et la concorde.

Aucune force ne doit être négligée, la vitalité de notre jeunesse comme l’expérience de nos anciens, héros de notre indépendance et mémoire de notre administration.

En fils de ce pays, Doomou Rewmi, ce travail de rassemblement de toutes les forces et de tous les potentiels que j’ai entamé, je le poursuivrai, avec votre aide, tout au long des semaines à venir, à travers l’écoute des Sénégalais.

Les enseignements que nous allons en tirer viendront nourrir le programme détaillé en cours d’élaboration que j’ai confié à l’équipe d’exception qui m’accompagne, des Sénégalais et sénégalaises de tous bords, dévoués, comme vous tous, à la cause de l’émergence de notre Sénégal.

Idrissa SECK

Le 10 septembre 2011

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

11 SEPTEMBRE 2011,

Posté par idy012 le 10 septembre 2011

11sept9.jpg11sept8.jpg11sept1.jpg11sept2.jpg11sept4.jpg11sept5.jpg11sept10.jpg11sept11.jpg13632103aab4lepresidentamericainbarackobamalorsdesa.jpg 

 

 

SOLIDAIRE AVEC LE PEUPLE DES ETATS-UNIS D’AMERIQUE, JE DIS: PLUS JAMAIS DE TELS ACTES!

AUX VICTIMES, NOUS PRIONS POUR LE REPOS DE LEUR ÂMES DANS LA PAIX DE DIEU.AMEN

 REST IN PEACE.

GOD BLESS AMERICA AND IDRISSA SECK.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

UNITE DYNAMIQUE pour la victoire du Président Idrissa SECK au soir du 28 février 2012

Posté par idy012 le 8 septembre 2011

monpresy.jpgmonpresy.jpg monpresy.jpgmonpresy.jpgmonpresy.jpgmonpresy.jpg

L’INSTINCT DE CONSERVATION

En déclarant et revendiquant un actionnariat au sein de l’instance Libérale du PDS, notre Président Idrissa SECK avait en son temps fait rire beaucoup d’incrédules!
Mais force est de constater qu’à l’approche de la date fatidique et compte tenu d’une problable invalidation du candidat Abdoulaye WADE,des entités entières du PDS sont sur le point de déménager (TOXU).
Ce n’était qu’une question de timing et d’opportunité.En effet, compte tenu du fait que toutes les structures de mensonge contre le Président Idrissa Seck se sont écroulées au fil du temps comme un

château de carte, l’heure est maintenant aux prises de risque politiquement pesés, sous-pesés et calculés.
En dehors de WADE croulant sous le poids des années de haute lutte,qui a certe fait tout ce qu’il pouvait faire pour marquer les esprits et s’incruter dans la mémoire collective des sénégalais,que reste-t-il du Parti Démocratique Sénégalais?
Rien de rien si ce n’est un collectif de transhumants, un conglomérat de souteneurs incapables de mobiliser en dehors de leur cercle famillial ( papeu, yaye ak dom),un groupuscule de concrétins, oup!! concrétistes…s’estimant à un moment donné,plus intelligent que la plupart des Djoloffmans.
Que reste-t-il du PDS si ce n’est un parti anarchique,désorganisé et désarticulé depuis le départ du Président Idrissa SECK de la primature ce mercredi 21 avril 2004 par le décret n°2004-560.
L’heure de vérité a sonné!
L’instinct de survie et de conservation commande et inspire un retrouvaille inéluctable autour de celui par qui et avec l’effort de tous, l’alternance a pu devenir une réalité.
Le président Idrissa SECK incarne cet homme de consensus autour de qui, toutes les forces vives de la famille Libérale pourraient s’identifier d’une part,mais également toutes les force vives de la nation d’autre part.
Idrissa a le pouvoir et les capacités de redonner espoir aux 12 millions de sénégalais car ayant déjà prouvé à suffisance sa résistance à l’échec et sa combativité.
Il aura à redonner confiance aux institutions de république en rendant effectif la séparation des Pouvoirs et en redorant le blason de l’Etat terni par des manipulations en tous genres.

Par ailleurs, la visite thématique rendu à Serigne AHMA sur son exploitation agricole,renseigne une fois de plus ses aptitudes à identifier les priorités premières de notre pays.
Son sens de l’organisation et de la méthode n’étant plus à démonter, ferait le reste.
Conscient de la nécessité d’accompagner nos vaillants agriculteurs aussi bien en terme de formation, de mise à disposition de matériels agricoles accessibles mais aussi en terme de débouché local,sous-régional et international.
L’agriculture, moteur de la croissance est tout à fait possible avec le Président Idrissa SECK à la tête du Sénégal.
Sa lumineuse idée qu’a été « les grappes de convergences » atteste de ses capacités à innover pour le bénéfice exclusif de tous les terroirs du Sénégal mais le meilleur reste à venir si nous instaurons une UNITE DYNAMIQUE pour la victoire du Président Idrissa SECK au soir du 28 février 2012 in cha Allah.

JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY
JE VOTE IDY

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LEYLATOUL QADR OU LA NUIT DU DESTIN : RAPPEL ET PRIÈRES RECOMMANDÉES DURANT CETTE NUIT

Posté par idy012 le 25 août 2011

laylatoulkadr.jpg 

Laylat al-qadr est la nuit la plus bénie. Celui à qui elle échappe aura manqué un bien immense. Tout croyant désireux d’obéir à son Seigneur et d’augmenter ses bonnes actions doit faire de son mieux pour passer cette nuit dans l’adoration et l’obéissance. Si cette entreprise lui est facilitée, tous ses péchés passés lui seront pardonnés. 

 

La meilleure nuit du mois de Ramadan est la Nuit du destin ou Leylatoul Qadr, selon la parole du prophète (saws) : »Quiconque accomplit la prière de la nuit, la Nuit d’Al-Qadr avec une foi ferme et en cherchant la récompense, tous ses péchés passés lui seront pardonnés. » (Rapporté par Al-Bukhari, Muslim et d’autres d’après la narration d’Abu Hureyra.) Elle est sur la vingt-septième nuit de Ramadan selon l’avis le plus fort. Une majorité de ahadith montrent cela, y compris le hadith d’Ibn Zurr Hubaysh qui a dit : « J’ai entendu Ubay ibn Ka’b dire quand on lui a rapporté que ‘ Abdullah Ibn Mas’ud a dit : Quiconque accomplit la prière de la nuit (chaque nuit) pendant l’année trouvera la Nuit d’Al-Qadr. »

Il (Ubay ibn Ka’b) dit : « Qu’Allah (swt) lui fasse miséricorde, son intention consistait en ce que les gens ne (deviennent pas paresseux) et comptent seulement (sur une nuit). Par Celui en dehors de qui il n’y a pas de divinité digne d’adoration, c’est en effet pendant Ramadan. Et par Allah (swt) je sais quelle nuit c’est. C’est la nuit dans laquelle le messager d’Allah nous a commandé d’accomplir la Prière nocturne. Elle est la vingt-septième nuit. Elle se reconnaît au fait que le soleil se lève le le matin en brillant sans rayons. » i[ Nous l’avons certes, fait descendre [le Coran] pendant la nuit d’al-Qadr Et qui te dira ce qu’est la nuit d’al-Qadr ?La nuit d’al-Qadr est meilleure que mille mois.

La sourate énumère trois particularités de cette nuit : c’est une nuit extraordinaire : l’adoration en cette nuit vaut celle de mille mois les anges descendent, avec la permission de Dieu, de tous les côtés du ciel vers la terre, depuis le coucher du soleil jusqu’à l’aube. Dieu y inscrit la paix et la sécurité pour toutes les créatures. L’autre particularité de la sourate resulte sur le fait que Allah (swt) y cite trois fois le mot Leylatoul Khadri ( Inaa Anezal naahou fi Laylatoul Khadri, Wa maa adraaka maa Laylatoul Khadri, Laylatoul Khadri…., composé de 9 letrres dans la langue arabe, les trois Leylatoul Khadr énumerés par le saint-coran multipliés par les 9 lettres donne 27, confirmant les paroles du prophete (saws) sur sa celebration dans la 27eme nuit.

Faire des invocations

Le Prophète (PSL) a recommandé cette prière à son épouse Aïcha (qu’Allah l’agrée) qui lui avait demandé la meilleure prière à formuler si jamais elle vivait la Nuit de la Destinée : أللَّهُمَّ إنَّكَ عَفُوٌ كَرِيمٌ تُحِبُّ الْعَفْوَ فَعْفُ عَنِّي « Allahoumma innaka ‘afouwoune Karîmoune touhibboul ‘afwa fa’fou ‘annî – Seigneur, Tu es le Pardonneur, Tu aimes pardonner, alors pardonne-moi ». Le Prophète (PSL) a également recommandé aux musulmans d’accomplir cette prière-ci la Nuit de la Destinée : deux rakas et à chaque raka réciter après la fatiha sept fois la sourate Likhlâsse (le Monothéisme pur). Une fois la prière terminée, dire 70 fois : أسْتَغْفِرُاللَّه وَ أتُوبُ إِلَيْهِ « Astaghfiroullâh wa atoûbou ilayhi – Je demande pardon au Seigneur et je me repens auprès de Lui ».

Abandonner les plaisirs mondains pour s’adonner à l’adoration

Il est aussi recommandé de passer plus de temps en adoration pendant la nuit où la Nuit du Mérite est susceptible de tomber. Cela implique l’abandon de nombreux plaisirs mondains pour s’assurer que le temps est utilisé uniquement dans l’adoration d’Allah – Exalté soit-il. Cette recommandation est fondée sur le hadith suivant, rapporté par Aïcha : « Durant les dix dernières nuits du mois de Ramadan, le Prophète – paix et bénédictions sur lui – serrait son izâr (c’est-à-dire qu’il s’écartait de ses femmes dans le but d’avoir plus de temps pour l’adoration), priait toute la nuit et réveillait sa famille. » Elle dit aussi : « Le Messager d’Allah – paix et bénédictions sur lui – redoublait d’effort dans l’adoration durant les dix dernières nuits. »

 

PRIERES RECOMMANDEES POUR LA NUIT DU DESTIN
Le Coran et la tradition enseignent que c’est durant le mois de Ramadan que la Révélation Coranique fût « descendue » en la nuit sacrée entre toutes : la Nuit de la Destinée ou Laylatoul Qadr dont la date est à situer dans les dix (10) dernières nuits du mois. Pendant ces nuits, il est conseillé de prier abondamment, car, « celui qui priera pendant la nuit de Laylatoul Qadr avec foi et espérance, obtiendra le pardon de ses fautes passées » (Hadith rap-porté par Abou-Houraïra, Boukhari).

Anas rapporte ces propos du Prophète (Saw) : « les Sourates Al-kafiroune, Az-zalzalah, An-nasr équivalent chacune, en mérite, au quart du Coran. Il en est de même du verset du Trône (Ayatoul koursiyyu) ». Partant de ce hadith, il est conseillé de faire durant cette nuit, au choix, une des trois (3) prières suivantes. Et si vous faites les trois prières, cela serait encore mieux :

PRIÈRES RECOMMANDÉES

A) – 1è rakat : Fatiha + Koul yâha ayouha-alkâfiroun …
- 2è rakat : Fatiha + Koul houwa Allahou ahad …

B) – 1è rakat : Fatiha + Izâ zoulzilatil ard’ zilzalâha …
- 2è rakat : Fatiha + Izajâ anasroullahi walfâa touh’ …

C) – 1è rakat : Fatiha + Ayatoul koursiyyu …
- 2è rakat : Fatiha + Amana Rassoulou-bîmâa ounzila ….

Les « plus courageux (ses) » pourraient faire, en plus, la prière suivante pour se protéger et protéger leur famille contre toute adversité et contre Satan le lapidé :

- 1è rakat : Fatiha + 41 fois koul a-ouzou birabil falaqi …
- 2è rakat : Fatiha + 41 fois koul a-ouzou birabin-nassi …

Après ces prières, vous pourrez faire ces quelques douas ci dessus :

1) A ouzou bi-lahi mina chaytâni radjim, Bismillahi Rahmanir Ra- him. : 1 fois
2) Récitation de la Sourate « fatiha » en entier :7 fois
3) Astaghfiroullah :100 fois
4) (Sallatoul fatihi) : Allahouma salli ala saydina Mouhammadin’il fatihi, lima oughliha wal hâtimi, lima sabaha nâssiril akhi bil akhi, wal hâdi ilâ sirâtikal moustahimi, wa ala âlihi hakha-khadrihi, wa mihdârihi azim: 20 fois

5) (Souratoul Qadri) :
Bismillahi Rahmanir-Rahim, Inna anzalnahou fi laylatil Qadr, wamâ ad’raka malaylatoul Qadr, laylatoul Qadri khaîroun mine alfichahr, tana’zalou Malâikatou wa Rouhou fîha bi-iznirabihi mine koulli amrine, sallamoune hiya khataa mat’la il fadjri: 27 fois

6) Allahouma innaka afouwoune, karimoune touhiboul afwa, fahfou-annî : 70 fois
7) Lâ illaha illa-lah wahdahou lâ charika-lahou, lahoul moulkou wa lahoul hamdou, youhyi wa youmîtou wa houwa alla kouli chay’ inn khadir: 100 fois
8) Rabanâ atina fi douniyâ hassanatane, wa fil akhirati hassanatane, wa khinâ azâban-nâr: 7 fois
9) Innalâha wa malâ’ ikatahou, yous’aloûna alanabihi, yâ ayou alla- zina âmanou, sallou alayhi wa sallimou tasliman, sallalahou ta’ la alayhi wa alâ âlihi wa sahbihi wa sallima taslima: 1 fois
10) Soub’hâna rabika rabil izati amâ yassifoûna, wa salâmou alal moursalîna, wal ham-doulillahi rabil âlamîne : 1 fois

(enfin) faire ses vœux et

a- réciter la sourate « fatiha » en entier : 1 fois
b- réciter « Allahouma salli alâ sayyidina mouhammadine, wa alâ âlihi wa sahbihi wa sallima taslîma » : 1 fois

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Directive du khalife à Wade zappée par la RTS.

Posté par idy012 le 23 août 2011

sergnecheikhmatyleye.jpg 

Un pan du discours du Khalif général des mourides que la Rts n’a pas jugé nécessaire de diffuser c’est celui où Cheikh Sidy Macktar Mbacké rappelle à son invité ce qui fait un bon talibé mouride.

C’est Hizbut Tarkhiya Tv qui a diffusé ce passage repris par Le Quotidien parcouru par Leral.net. Dans ce passage.

 Le Khalif dit à Wade :

 «Quelqu’un qui se réclame disciple de Serigne Touba doit d’abord suivre à la lettre les enseignements de Dieu, de son Prophète Mohamed (Psl) et de Serigne Touba Khadimou Rassoul. Il doit aussi renoncer à toute chose qui peut susciter une controverse, voire des polémiques. Un talibé doit toujours avoir la capacité de lever les équivoques. Mieux vaut la paix que les malentendus. Les malentendus peuvent être sources de conflit et la paix est préférable à l’antagonisme ».


Rapportant les propos qu’avait tenus, dans le passé, le fondateur du mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba, à l’endroit d’un certain Samba Laobé Fall, le marabout dira :

«Un dirigeant n’est qu’un mandataire du peuple. Un chef d’Etat doit être conscient du fait que Dieu l’a choisi au détriment des autres. Et aucun pouvoir n’est éternel.»

Dans ses prêches, le marabout avait demandé à Me Abdoulaye Wade de suivre les enseignements du Prophète Mouhamed (Psl), donc de Serigne Touba Khadimou Rassoul et d’œuvrer pour un Sénégal de paix. Ce qui fait dire à plus d’uns que le Khalif des mourides demande dans un langage codé à Wade de renoncer à sa candidature tant controversée.

Source: Le Quotidien

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE PHOENIX

Posté par idy012 le 29 juillet 2011

tn1.jpgphoenixrising.jpg     

La visite rendue par son Excellence, l’ambassadeur de France au Sénégal, Nicolas NORMAND à Monsieur Idrissa SECK, suscite moult interrogations et inquiétudes de part et d’autre. 

Pourquoi le choix porté sur notre Leader? En quoi cette visite peut-elle être inquiétante ou poser un souci pour les multiples acteurs de la scène politique et au premier desquels, le chef de l’Etat? 

 La France, ce partenaire traditionnel et éminemment stratégique du Sénégal, suit avec une attention soutenue l’évolution des rapports de force sur le terrain aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. 

En bon stratège, elle sait prévoir et se doit d’anticiper. 

On a certes remarqué l’émergence de nouveaux acteurs sur la scène politique porteurs d’idées nouvelles basées sur la notion de citoyenneté et incarné par le NTS (Nouveau Type de Sénégalais). 

Ces actions et discours appelant à la Responsabilité Citoyenne, sont au demeurant salutaires mais ne peuvent en aucun cas se substituer aux professionnels de la chose Politique. 

 Consciente de cette donne fondamentale, la France a finalement fait un choix judicieux et porteur. 

 En effet, qui a été le premier à alerter l’opinion publique nationale et internationale du funeste projet de dévolution dynastique du pouvoir ? 

 Qui a le premier combattu ce projet scientifiquement, politiquement et méthodiquement planifié? 

 Qui en a le plus souffert physiquement, moralement, politiquement? 

  Idrissa SECK, tel un PHOENIX, a su renaître, se relever, se défendre et se battre pour être deuxième lors des dernières joutes présidentielles. 

Je ne me lasserais de le répéter jusqu’à ce qu’une autre source statistique vienne me contredire. 

 Quatre ministres d’Etat, des centaines de millions injectés et le débauchage d’un vieux lion édenté n’auront pas suffit à détourner la confiance des vaillants Cayoriens et Thiessois placée en cet homme. 

Jamais, à ma connaissance, homme politique sénégalais n’a  aussi brillamment et héroïquement réussi à conserver intacte sa base. 

 Suffisant pour que la France et les observateurs avertis, misent sur le Phœnix

Nos partenaires au développement ne sont pas dupent et savent bien discerner la « copie » de « l’original ». 

 Les leaders de BENNO et du M23 ont incontestablement du  mérite, car ayant participé de manière décisive à l’alternance et à la bonne santé de notre démocratie mais ils savent très bien par expérience que faire un choix reste et demeure difficile. 

L‘entretien qu’il a accordé au plénipotentiaire français ne doit en aucun cas être perçu comme une menace au sein de l’opposition. 

La France et nos partenaires de l’UE font simplement de la diplomatie préventive (les relents de la guerre en Côte d’ivoire), le Sénégal étant l’une des rares nations de la sous-régions où règne un certaine stabilité. 

Cette diplomatie doit s’appuyer sur les acteurs qui animent justement cette vie politique à quelques 7 mois des joutes électorales. 

Il faut reconnaître aussi que la candidature mûrie avant l’heure et anticonstitutionnelle du Président WADE sortant, ne favorise guère un climat d’apaisement. 

Par ailleurs, les craintes du pouvoir me semblent justifiées. 

En effet, cette visite crédibilise d’avantage la thèse du lâchage des Wades par le principal soutien qu’est  justement cette France qui a su comprendre les vraies motivations du Président sortant. 

Cette France qui semble écouter la vox populi à travers les journées épiques du 23 et 27 juin 2011 suivies de la riposte du 23 juillet 2011. 

Je profite d’ailleurs de ma tribune pour féliciter vivement le Président Idrissa SECK qui y a pris part, démontrant ainsi sa détermination à abréger la souffrance de la majorité des Sénégalaises et Sénégalais. 

Le peuple sénégalais qui a trop souffert de cette gestion clanique et partisane des affaires de l’Etat depuis maintenant 11 années, s’est dit: STOP, BASTA!! ça suffit!! 

 Enfin, sachant ce peuple déterminé à ne pas lâcher du lest, le pouvoir enclin à confisquer cette légitimité populaire, la France sait bien que la vague du Printemps Arabe qui a emporté Ben Ali et Hosni Moubarak, pourrait bien déferlé sur nos côtes. 

Comme en 2007, nous y croyons toujours! 

 alou1.jpgmamadoualassane.wague@facebook.com

Publié dans ACTUALITE DU JOUR, POLITIQUE | 6 Commentaires »

Grand jury RFM : Idrissa Seck face aux Sénégalais et à l’Histoire

Posté par idy012 le 18 juillet 2011

 

 driss.jpg

 Grand jury RFM : Idrissa Seck face aux Sénégalais et à l’Histoire
Après sa sortie du 30 juin, à l’époque, très attendue, une semaine après le retrait de la loi sur le ticket où il a expliqué aux Sénégalais, face à la presse, ses nouvelles orientations tout en voulant dire à qui voulait l’entendre qu’il était inscrit dans la même constance qu’il revendique, Idrissa Seck se soumet encore aux questions des redoutables journalistes du Grand Jury de la RFM : un rendez-vous médiatique prisé de la classe politique comme des observateurs du champ politique sénégalais.

Mais, en réalité, que pourra ajouter Idrissa Seck à ses récentes déclarations dans lesquelles il a tenu à rappeler sa détermination à faire partir Wade et à ouvrir le nouveau cycle des dirigeants du nouveau Sénégal qu’il dit ambitionner de construire « sans exclure aucun talent ni compétence » ?

 

Son refus de l’offre d’un dialogue politique suite à une démarche du Groupe des six venus le consulter à son domicile, semble marquer un ancrage dans l’opposition ou plutôt, comme il aime le dire souvent, son « opposition à toute tentative de violer la loi fondamentale, à l’injustice comme à toute initiative pouvant compromettre la paix sociale et la tranquillité du pays ».

La sortie de Wade qui a mis tous les états-Majors politiques dans un certain désarroi et une profonde interrogation sur les réelles intentions du chef de l’Etat qui était très attendu sur les pressantes demandes ayant abouti au 23 juin, fera t-il réagir son ex-Premier Ministre autrement que les autres ténors de l’échiquier politique sénégalais ? En d’autres termes Idy voudrait-il apporter la réplique ou simplement se livrera t-il à une analyse d’un discours de Wade parmi les plus confus depuis l’alternance ? A un grand moment de l’Histoire comme celui-ci, pourrait-on attendre de celui qui n’a jamais caché sa volonté de devenir le 4ème président du Sénégal qu’il dégage des perspectives pour notre pays au-delà du discours politique souvent creux de nos leaders ?

 

En tout cas, les prémisses de ces dernières semaines semblent aller dans le sens d’un Idrissa Seck new look ayant complètement tourné la page des « petites querelles » et définitivement endossé le costume du Chef de l’Etat qu’il rêve de devenir.

Certains dans son plus proche entourage disent remarquer ce tournant aussi bien dans son quotidien que dans sa démarche politique plutôt tourné vers un leadership appuyé sur le rassemblement et l’ouverture. « Enracinement dans la famille libérale qu’il veut rassembler pour gagner et ouverture à tous les Sénégalais porteurs d’une ambition ou détenteurs d’un talent à mettre au service du pays», paraphrase un vieux militant du Pds qui dit ne pas désespérer de « la restauration du vrai changement »…avec Idy.

 

Il semblerait même que la « Maison Blanche » du Point E est « devenu depuis quelques temps, le point de ralliement du Sénégal pensant, le laboratoire d’où s’élaborent avec minutie les solutions aux problèmes des Sénégalais », nous confie un observateur de la scène politique sénégalaise. « Idy consulte, élabore, construit et affine pour « le mieux être des Sénégalais », comme dit un de ses collaborateurs. Mais quoi exactement ?

 

Cette grande émission à une heure aussi stratégique et propice à l’écoute sera-t-elle le moment choisi par Idrissa Seck pour nous livrer certains aspects des « contours de l’après-Wade » qu’on lui prête de vouloir dessiner ?

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

EN ROUTE VERS LA STATION SUPRÊME!

Posté par idy012 le 30 juin 2011

palais.jpgidrissa4.jpg

Le « go » est donné ou si vous préférez, le ton est lancé aujourd’hui par Monsieur Idrissa SECK à l’occasion de la conférence de presse de ce jeudi 30 juin 2011.

L’entame de vos propos liminaires et les réponses apportées lors du face to face avec les journalistes, prouvent à souhait, votre stature d’Homme d’Etat épris de justice et de paix sociale mais également, soucieux du mal vivre et du mal être des populations dans toute leur composante.

L’impatience manifestée par la plupart de nos concitoyens de tous segment confondu, a finalement été récompensée.

Le peuple est à présent rassuré mais vigilant.

Abdoulaye WADE  et sa bande vous a en effet causé beaucoup de tort.   

Je ne reviendrai pas sur ce passif moribond, votre seul tort ayant été un élu.    Ils oublient que l’on ne choisît pas son destin ni sa destinée. 

Le créateur ALLAH, pour nous croyants, de par sa Science Exclusive et de par son Pouvoir Discrétionnaire attribut à qui Il veut Ses Bienfaits et sa Grâce.   Que de supputations et de spéculations en tous genres sur ton silence assimilé à tort , à des pseudos-conclaves accréditant la thèse d’un complot contre ce vaillant peuple sénégalais (ticket Idy-K….) et sous la supervision du paternaliste Sarko. 

QUE NENNI!!   La preuve vient d’être administrée à certains adeptes du « Xoy » ( divination) que Idy travaille exclusivement pour le départ des « WADES« . 

 Et c’est ce à quoi, nous sommes disposés à vous accompagner.   Quand je dis nous, je veux dire tous les sénégalaises et sénégalais qui portent leur choix éclairé sur votre modeste personne, n’en déplaise à ce fanfaronnant chroniqueur qu’est Jupiter Tamsir NDIAYE qui s’égosille sur les ondes de la RFM

Voilà un soi-disant chroniqueur complètement en déphasage avec la réalité politique du moment.  En effet au lieu de disséquer la quintessence de cette rencontre avec ce puissant vecteur (PRESSE), il se complait à raconter des contre-vérités sur l’homme et ses rapports avec l’argent. Contrairement aux éminences de la crème journalistique du pays qui tiennent un discours mesuré et pondéré, lui, continue de s’acharner sur l’homme lorsqu’on lui tend le micro ou sur les plateaux Télé.

C’est faire preuve de malhonnêteté intellectuelle, de méchanceté et par-dessus tout, de défiance vis-à-vis de l’Autorité judiciaire de notre Cher Etat que de vouloir coûte que coûte entonner toujours la même trompette du genre : vol de milliards etc…   Et pour clore ce débat, je vous rafraîchis la mémoire en vous invitant à relire les EMINENTS JUGES SENEGALAIS de la Haute Cour de Justice: 

 AVIS D’ARRET RENDU   D’abord dans l’avis d’arrêt rendu il est précisément écrit : «En exécution de l’article 177 du Code de procédure pénale, il est donné connaissance à Maître Boucounta Diallo Avocat à la Cour, Président du Collectif des avocats constitués pour le compte de Monsieur Idrissa Seck, inculpé de faux, d’usage de faux, de soustraction, de détournement et de recel de deniers publics, d’usurpation de titre, de manœuvres tendant à obtenir des sommes ou des avantages matériels indus et de prise illégale d’intérêts que» la Commission d’Instruction vient de rendre ce jour même un arrêt.: «Dit n’y avoir lieu à suivre davantage contre Monsieur Idrissa Seck des chefs d’inculpation résultant de la résolution de mise en accusation numéro 03/2005». Le Greffier en Chef, Maître Ababacar Ndao rédacteur de cet avis , conclue en demandant au Président du Collectif des Avocats de Défense, «d’en informer les membres» de ce pool d’avocats

 ARRET DE NON-LIEU   C’est un document détaillé qui fait un large tour d’horizon sur l’affaire d’Idrissa Seck de 2005 à janvier 2006, mois de sa libération. Dans ledit arrêt la Commission d’Instruction prés de la Haute Cour de Justice, en sa séance du 4 mai 2009, à laquelle siégeaient Messieurs : Cheikh Tidiane Diakhaté, Président, Bara Niang, Galo Syr Diagne, Ousmane Kane et Souleymane Kane tous membres de cette commission a rendu l’arrêt dont la teneur est la suivante : «Vu la loi organique n°10-2002 du 22 février 2002 portant Loi organique sur la Haute Cour de Justice en ses articles 23,24 et 25 notamment, vu la résolution 03-2005 en date du 3 août 2005, vu la procédure suivie contre Monsieur Idrissa Seck, né le 9 août 1959 à Thiès, ancien Premier Ministre, inculpé de faux, usage de faux, soustraction, détournement, recel de deniers publics, d’usurpation de titre, de manœuvres tendant à obtenir des sommes ou des avantages matériels indus et de prise illégale d’intérêt, vu l’article 171 al 2 du code de procédure pénale, vu l’arrêt de non lieu partiel n° 4 du 07/02/2006, après en avoir délibéré conformément à la loi, considérant qu’il résulte de l’information que par une résolution n° 03/2005 portant mise en accusation devant la Haute Cour de Justice, l’Assemblée Nationale, se fondant notamment sur les rapports n° 2 et 14/2005 complétés par un rapport final de l’Inspection Générale d’Etat, retenait contre Monsieur Idrissa Seck comme infractions à la loi pénale dans l’exercice de ses fonctions de Premier Ministre, divers griefs articulés autour des faits» poursuit l’arrêt de la Commission. Dans le même document produit par la Haute Cour de Justice, il est indiqué que dans «le premier trimestre de l’année 2003, le Président de la République,pour promouvoir le développement des communes, dépourvues pour la plupart d’infrastructures, avait posé le principe de la rotation des festivités de la fête de l’indépendance du 4 avril entre les capitales régionales et Dakar». A cet effet, «une enveloppe de 15 milliards devait être prévue pour chaque commune organisatrice, somme qui devait être tirée des ressources nationales et faire l’objet d’une gestion transparente suivant les instructions du Président de la République». «Sur proposition de Monsieur Idrissa Seck, alors Premier Ministre, la première célébration était confiée à la commune de Thiès et une somme de 20 milliards Cfa était allouée exceptionnellement par le Président de la République pour les dépenses de cette commune dont le sieur Seck était en même temps le maire» poursuit l’arrêt. «Cette enveloppe fut cependant rapidement dépassée et l’Inspection Générale d’Etat (IGE) fut saisie par le Président de la République pour vérifier non seulement le volume des investissements réalisés dans la ville de Thiès dans le cadre de l’organisation de la fête de l’indépendance de 2004, mais aussi les conditions de passation des marchés et d’exécution des travaux» ajoute-elle. Par ailleurs, «le rapport de l’Ige conclut à un volume d’investissement de 46 milliards non autorisés par l’Assemblée nationale et ayant servi principalement à financer non pas la décision prise par le Président de la République, mais plutôt une matrice d’actions prioritaires et de projets spontanés élaborés par le sieur Seck pour sa commune» révèle le document de la Haute Cour de Justice. «D’après le rapport de l’IGE, ce programme a été financé à travers un détournement des objectifs du Programme Triennal d’Investissements Publics (PTIP) consistant à transférer aux chantiers de Thiès, par des décisions ministérielles irrégulières, des crédits initialement votés par l’Assemblée Nationale pour le financement d’autres programmes destinés à d’autres localités du Sénégal» note l’arrêt qui ajoute que «ces travaux étaient exécutés à la suite de marchés conclus par entente directe, en violation des dispositions du code des marchés publics». En plus, poursuit l’arrêt, «le rapport a noté également la pratique généralisée de surfacturations élevées de la part des entreprises adjudicataires». 

«Le 3 août 2005, l’Assemblée nationale adoptait une résolution portant mise en accusation de Monsieur Idrissa Seck pour la gestion du financement des chantiers de Thiès et pour des détournement commis dans la gestion des fonds secrets alloués au Président de la République. Ainsi, le 10 août 2005, le sieur Idrissa Seck fut inculpé, sur la base des incriminations tirées de la résolution précitée, des infractions de faux, usage de faux, soustraction, détournements et recel de deniers publics, usurpation de titre, manœuvres tendant à obtenir des services ou des avantages matériels indus, prise illégale d’intérêt, faits prévus et punis par les articles 132, 135, 136, 152, 153, 157, 163 bis, 226, 430, 45, 46 du code pénal (CP) 140 du code de procédure pénale (CPP)» rappelle l’arrêt. «Considérant que sur la gestion des fonds secrets, l’inculpé a déjà bénéficié d’un arrêt de non lieu en date du 7/02/2006 pour les faits d’usurpation de titre et de détournement de derniers publics» précise la Haute Cour de Justice.   ENRICHISSEMENT ILLICITE 

Sur l’infraction d’enrichissement illicite (article 163 bis CP). «Considérant que le sieur Idrissa Seck n’a pas fait l’objet d’une inculpation pour enrichissement illicite. Qu’en effet, cette infraction n’a pas fait l’objet d’une incrimination spécifique dans la résolution de renvoi de l’inculpé, seule la disposition qui la prévoit et la sanctionne ayant été visée. Que pourtant l’article 17 de la loi organique sur la Haute Cour de Justice prévoit l’énoncé sommaire des faits reprochés à la personne poursuivie. Que de surcroît et de façon décisive, l’infraction requiert une mise en demeure de la personne soupçonnée afin qu’elle justifie l’origine de ses biens conformément aux dispositions de l’article 163 bis CP. Qu’ainsi la mise en demeure est un élément constitutif de l’infraction dont l’absence a rendu l’inculpation du sieur Seck de ce chef impossible» argue l’arrêt.   SUR LA COMPLICITE 

 «Considérant que, comme pour le délit d’enrichissement illicite, l’inculpé n’a pas été poursuivi pour complicité, la simple citation des articles 45 et 46 CP, en l’absence d’une incrimination précise de la résolution de renvoi, n’étant pas suffisante pour conduire à son inculpation » note l’arrêt.   SUR LES 7 DELITS 

Sur le faux, l’usage de faux, la soustraction, le détournement et le recel de deniers publics, les manœuvres tendant à obtenir des avantages matériels indus, la prise illégale d’intérêt. «Considérant que l’inculpé a toujours nié avec véhémence les faits qui lui sont reprochés, son niveau d’implication dans les chantiers de Thiès étant exclusivement, à ses dires, celui de Premier Ministre chargé de recevoir la volonté et des décisions du Président de la République et de les faire exécuter par son Gouvernement. Que d’après ses différentes déclarations, il n’est jamais intervenu dans la passation des marchés dont le montant total était de 40 milliards, mais les a simplement approuvés en vertu d’une prérogative dont il était investi de par ses fonctions et qu’il avait par la suite transmise au ministre des Finances. Que le Ministre de l’Economie et des Finances, celui du Budget et le Président de la Commission nationale des contrats administratifs (CNCA) entendus, ont tous reconnu que certains travaux avaient été effectués sans couverture budgétaire préalable, mais sans relever la moindre irrégularité dans les paiements ou la passation des marchés. Que de même, les entreprises, au premier rang desquels Bara Tall, principal bénéficiaire des marchés, ont nié toute collusion avec le Sieur» précise la Haute Cour. Par ailleurs, le compte rendu de la Commission a évoqué les investigations commanditées par l’Etat sur les fonds secrets.   LES COMMISSIONS ROGATOIRES 

Des enquêtes «menées tant au plan nationale qu’international par la voie de commissions rogatoires, il est impossible d’asseoir des charges contre lui relativement aux surfacturations supposées» dit l’arrêt. «Considérant qu’au regard de l’arrêt de non lieu partiel du 7 février 2006 en faveur de l’inculpé et de tout ce qui précède, il échet de dire qu’il n’y a pas lieu à suivre davantage contre Idrissa Seck, ancien Premier Ministre, des chefs d’inculpation résultant de la résolution de mise en accusation N°3/2005 » note l’arrêt et « par ces motifs, poursuit la Haute Cour de Justice, dit n’y avoir lieu à suivre davantage contre Monsieur Idrissa Seck des chefs d’inculpation résultant de la résolution de mise en accusation numéro 03/2005. Ont signé cet arrêt : le Président de la Haute Cour de Justice Monsieur Cheikh Tidiane Diakhaté assisté des Messieurs Bara Niang, Gallo Syr Diagne, Ousmane Kane, Souleymane Kane et enfin Ababacar Ndao tous membres de la Commission.   

Bref, cette affaire est derrière nous et ce ne sont pas vos affabulations qui nous empécheront d’avancer et de proposer un programme alternatif crédible et qui mettra fin aux souffrances multiples et indescriptibles des sénégalais.  Par ailleurs, la réaffirmation de votre appartenance à la famille libérale ne souffre d’aucun doute, seulement, allusion est faite à la vraie entité Libérale et non à celle incarnée par Abdoulaye WADE et sa coterie. 

En effet, par opposition à la gestion familiale et clanique aussi bien des affaires publiques que politiques, le Président Idrissa SECK propose la doctrine de ceux qui sont les vrais partisans des libertés individuelles dans un Etat, de la libre entreprise, de la liberté économique et de la tolérance à l’égard des opinions d’autrui mais aussi une réelle approche participation inclusive de toutes les forces vives de la nation sénégalaise. 

Comme en 2007, nous y croyons toujours! 

Mamadou Alassane WAGUE

Alwa6076@hotmail.fr    

Publié dans POLITIQUE | 2 Commentaires »

LE PARCOURS DU COMBATTANT.

Posté par idy012 le 2 octobre 2010

idy1IDY2Prezy 

Nul est mon intention de remuer le couteau dans la plaie, cette chronologie pour simplement rappeler avec humilité, le parcours d’un digne fils de ce pays qui a eu le seul tort d’étaler son savoir-faire et être le seul à briller par les nuits noires et ce, grâce à la volonté du Seul Décideur, le Scelleur des destins et des destinées, celui à qui sied les termes tant usités tels que: par la volonté du C… ou pouvoir discrétionnaire etc…
Je veux pour faire simple et concis, faire un clin d’œil à Allah-Le- Puissant par qui nous sommes et qui reste bon gré et malgré,le SEUL ET UNIQUE  DECIDEUR DE TOUTE DESTINEE.

Soyons par conséquent humbles aussi bien dans la victoire que dans la défaite, la dualité tant convoquée, est elle-même un élément constitutif de la Création.

La cabale démarre le :

le 21 avril 2004

par le décret n°2004-560, Idrissa Seck quitte la station primatoriale,
 
le 18 mai 2005,une bande de fous déverse sur sa villa au Point E, des œufs, des tripes pourries.

le 5 juin 2005,le PR A.WADE ,à travers le magazine Jeune Afrique n°2317 impute à Idrissa Seck un déboursement de 40 milliards et parle d’un gap qui a endetté l’Etat à cause d’engagements des ressources pour les exercices budgétaires 2005 et 2006.

13 juillet 2005, Idrissa Seck se défend : «Jusqu’à l’extinction du soleil, aucun centime de détourné ne pourra m’être reproché.»

 Le 14 juillet 2005

Conférence de presse à son domicile au Point E : sur la prison  «ce qui est mauvais, c’est d’y aller en ayant tort». Et qui plus est, soutient-il, y aller «du fait de l’arbitraire, c’est un raccourci vers le palais»

 LA DESCENTE AUX ENFERS

le 15 juillet 2005,cap vers la Division des investigations criminelles (Dic)

LA FORMIDABLE MACHINE ETATIQUE EN MARCHE!

le 21 juillet 2005

La dé-classification du Rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige), décidée par le Président WADE

22 juillet 2005

Sortie de son premier Cd, «Lui et Moi».

le 23 juillet 2005

convocation de Idrissa Seck par la doyenne des juges, Seynabou Ndiaye Diakhaté pour notification de son inculpation pour atteinte à la sûreté de l’Etat et à la défense nationale.

Et le même jour, la porte de la prison s’ouvre pour accueillir IDRISSA SECK,

Conférence de presse de Macky Sall Premier ministre, la rencontre du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangère, Cheikh Tidiane Gadio avec les diplomates accrédités à Dakar.
Le 3 août 2005

Les députés votent d’une résolution pour faire comparaître Idrissa Seck devant la Haute cour de Justice (la résolution est passée pour un quorum qui n’a pas été atteint) .

le 5 août 2005

Exclusion de Idrissa Seck du Pds pour activités fractionnistes et comparait à nouveau devant la Commission d’instruction de la Hcj ; il est inculpé dans le cadre des travaux de Thiès.

le 17 octobre 2005

Un autre délit lui est imputé par la doyenne des juges, Seynabou Ndiaye Diakhaté: sortie irrégulière de correspondances

le 20 janvier 2006, par Mme Seynabou Ndiaye Diakhaté, la doyenne des juges d’instruction, qui communique un non-lieu partiel pour l’ex-Pm, dans les délits d’atteinte à la sûreté de l’Etat et à la défense nationale.

Le 21 janvier, la doyenne des juges prononce le non-lieu pour ce qui concerne les accusations d’atteinte à la sûreté de l’Etat et à la défense nationale.

Le 7 février 2006, la porte de la prison s’ouvre, vers 17 heures pour laisser passer l’ex-Pm, cela suite à l’arrêt n°4 du 7 février 2006 rendu par la Commission d’instruction de la Hcj.

Les premiers mots de Idrissa Seck, après environ 6 mois de détention :

 «C’est avec une conscience calme que je suis entré dans cette épreuve. C’est avec une conscience calme que j’en sors et je convoite de Dieu la sérénité, l’endurance, la capacité de dépassement qu’exige la mission que je me suis assignée : servir le Sénégal. Car rien ne me pèse plus lourd que les difficultés auxquelles notre pays est confronté et rien ne fera obstacle à mon ambition et à ma volonté de le servir.»

« Ma parole est simple et invariable »
C’est la propagande adverse qui sera abaissée et ma parole élevée.
« La stratégie politique, c’est dire les choses au moment où il faut les dire. Aucune pression ne me fera changer ma stratégie de communication. Je communiquerai aux Sénégalais et ils m’entendront.
Le moment venu.»

«L’arbre qui tombe fait beaucoup de bruit, mais la forêt qui pousse, on ne l’entend pas.»

Passé au laminoir, je suis convaincu que vous en êtes sorti plus fort, plus brillant que jamais et prêt à relever enfin les défis qui interpellent le peuple sénégalais.

TOGETHER,YOU WIN.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

123
 

Le blog de Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bloc-notes de Raoul d'Andrésy
| Social Democratic Union / U...
| Kitoka Moke Mutondo